Présentation de la méthode à mes patients

vendredi 18 octobre 2013
popularité : 27%

Voici comment, dans la salle d’attente, je me présente et je présente les techniques utilisées.

Techniques utilisées dans ce cabinet

Je suis médecin généraliste. A ce titre j’assure le suivi de mes patients en utilisant tous les procédés d’examens, de diagnostics, et de traitements qui sont nécessaires et indispensables. J’adresse aussi mes patients aux spécialistes quand en cas de besoin. Depuis 1971, j’ai suivi de nombreuses formations complémentaires et je me suis investi particulièrement dans la recherche en acupuncture auriculaire. Depuis 1975, j’ai mis au point, testé et perfectionné la recherche du remède homéopathique par la prise du pouls du Docteur Nogier. Mes recherches actuelles visent à simplifier la technique au maximum afin qu’elle devienne plus facilement transmissible et démontrable.

Le pouls de Nogier découvert en 1967 par le médecin Lyonnais Paul Nogier a permis de faire évoluer l’auriculothérapie qu’il avait découverte vers une technique plus perfectionnée appelée auriculomédecine.

Le réflexe du pouls découvert est une augmentation d’amplitude du pouls radial lors de certaines stimulations de la peau de quelque nature que ce soit (physique, chimique, biologique) que le médecin met dans des anneaux-tests. En fait le pouls ne réagit que lorsqu’il existe un déséquilibre des champs électromagnétiques qui entourent l’organisme. Ces champs sont le reflet de l’équilibre du système nerveux et des informations qu’il transmet au cerveau. En effet le système nerveux est chargé d’informer le cerveau de toute anomalie de fonctionnement de l’organisme afin de déclencher la mise en œuvre des mécanismes régulateurs. Il le fait en transmettant au cerveau des influx nerveux de nature électrique à des fréquences différentes des fréquences habituelles (dites physiologiques). Ces modifications électriques vont modifier les champs électromagnétiques de l’organisme en modifiant leur sens, leur orientation et leurs fréquences. Ce sont ces informations que le médecin recherche en prenant votre pouls, ce qui nécessite de sa part une forte concentration pendant tout l’examen. Les renseignements obtenus sont multiples, complexes et souvent difficiles à interpréter mais permettent de mettre en évidence la présence d’une anomalie.

Les anneaux-tests utilisés pour déclencher le réflexe du pouls permettent de filtrer ces informations pour pouvoir les interpréter (dans certaines limites) et retrouver l’organe en souffrance ou en dysfonctionnement. Ainsi la complexité d’un blocage invite à rechercher une pathologie particulière, mais il faudra encore de nombreuses recherches pour aboutir à une certitude diagnostique. Actuellement la technique permet seulement d’obtenir certaines orientations. Ainsi on peut tester certaines allergies, intolérances alimentaires ou médicamenteuses, et retrouver les points qui correspondent à l’origine de certaines pathologies. De la même façon on peut trouver les remèdes qui vont corriger ces « blocages » pathologiques. Le traitement se fait, selon les cas, avec des aiguilles posées quelques moments, ou avec des aiguilles semi-permanentes qui peuvent rester quelques jours dans l’oreille et sont stimulées avec des aimants. Mais de plus en plus souvent on pratique seulement un traitement au laser pulsé qui remplace les aiguilles et qui se fait sans que le patient ne ressente rien.

Les remèdes homéopathiques posés sur la peau ont une action sur les champs électromagnétiques de l’organisme. Il est donc possible de vérifier si le remède posé rétablit les équilibres physiologiques. Cela permet de cibler le ou les remèdes les mieux adaptés pour chaque type de blocage, en gardant à l’esprit qu’un même remède homéopathique peut traiter plusieurs « blocages » ou maladies différentes mais aussi qu’une même maladie chez deux patients différents n’est pas toujours traitée par le même remède homéopathique. Il suffit donc souvent de très peu de remèdes pour modifier les réactions du terrain mais ces remèdes doivent être choisis de façon extrêmement précise pour rétablir globalement le meilleur équilibre possible et permettre à l’organisme de s’adapter et de se défendre dans les meilleure conditions. C’est ce que permet de faire le choix du remède par le pouls en adaptant le traitement aux réactions individuelles de chaque patient au moment de la consultation. En effet chaque évènement vécu est susceptible de modifier les réactions de l’organisme. C’est pourquoi un traitement de terrain nécessite des contrôles réguliers.

L’homéopathie comme l’acupuncture auriculaire ne traite donc pas la pathologie elle-même, mais la façon dont l’organisme réagit aux agressions externes (stress, microbes, virus, aliments, environnement, hygiène de vie etc.) ou aux déséquilibres internes (génétiques, psychologiques, immunologiques). Il s’agit de traitements individualisés des réactions personnelles de chaque personne (c’est ce que l’on appelle le terrain) et non de traitement de maladies comme le fait la médecine classique. C’est la raison pour laquelle on peut associer sans problèmes les deux thérapeutiques allopathiques et homéopathiques car elles n’agissent pas au même niveau. L’une agit sur la maladie l’autre agit sur le terrain c’est-à-dire sur les réactions d’adaptation de l’organisme. Si une pathologie ne guérit pas, c’est que l’organisme pour des raisons diverses n’est plus capable de mettre en œuvre les mécanismes d’adaptation dont il dispose. Un traitement de terrain est donc destiné à lui permettre de s’adapter au mieux aux agressions externes ou internes.

Ecrit le 18 Août 2004


Navigation

Articles de la rubrique