Unicisme ou pluralisme en homéopathie vu par un auriculomédecin.

mardi 30 août 2022
par  Andre
popularité : 10%

Unicisme ou pluralisme en homéopathie vu par un auriculomédecin.

André Lentz

Depuis que notre prescription homéopathique est systématiquement testée par le VAS, je me suis souvent posé la question de savoir si on pouvait ne donner qu’un seul remède. Les méthodes utilisées variaient avec le temps et il était difficile de prendre position. Je plaisantais souvent en disant que j’étais uniciste pour les gens qui n’ont besoin que d’un seul remède.

Lorsque l’on pose un remède homéopathique quelconque sur le corps on modifie les transferts au niveau de nos mesures quelle que soit le remède posé. Le remède a donc une action ondulatoire propre. Si on considère que chaque remède a sa fréquence et sa longueur d’onde qui lui est propre, la physique nous apprend que l’on peut avoir une onde unique qui fait la synthèse de toutes ces fréquences. Il y a donc théoriquement la possibilité d’avoir un remède unique. Encore faut-il que ce remède existe.

L’avantage de l’unicisme est de mieux voir ce que l’on fait d’une fois à l’autre, de contrôler ce qui va mieux et ce qui persiste et donc de s’adapter à l’évolution du patient.

Mais en auriculomédecine il est possible de tester les remèdes et on peut donc contrôler ceux-ci en supprimant la subjectivité du patient pour la prescription et il aussi est possible de contrôler l’effet dans le temps. Chez certains patients, on retrouve toujours les mêmes remèdes, chez d’autres en particulier chez les hypochondriaques les remèdes changent fréquemment.

Suivant les techniques utilisées on trouvait plus ou moins de remèdes, ce qui me posait toujours question. En particulier ce que j’ai appelé le blocage diathésique était plus ou moins fréquents. Cette notion de blocage diathésique est encore en train d’évoluer et de nouvelles recherches sont en cours. Nous nous en expliquerons auprès des médecins qui utilisent nos techniques.

Les raisons de ces variations sont mieux comprises aujourd’hui. En effet, il semble que selon les techniques on régule plus ou moins de transferts simultanément. Lorsque nous sommes parvenus à trouver des régulateurs de transferts qui permettait de réguler les transferts de la lumière blanche, cela nous permettait de trouver des remèdes intéressants. Mais par la suite je me suis aperçu que la régulation des transferts de la lumière blanche ne suffisait pas car il suffit d’avoir de bons transferts dans les trois directions de l’espace d’un seul élément électromagnétique (Nord ou Sud ou Or ou Argent) pour que les transferts de la lumière blanche soient bons.

Le fait de ne pas réguler simultanément tous les transferts nécessitait d’utiliser de nombreux anneaux tests de type de blocage afin de faire ressortir tous les blocages.

Les dernières recherches m’ont permis de trouver un régulateur qui régule simultanément tous les transferts. Je l’ai appelé le régulateur de champs car il régule aussi les champs péridermiques. Actuellement c’est le RC 2. Ce régulateur est maintenant validé sur des centaines de patients par le docteur Mauricio Vargas et sera disponible prochainement.

Ce RC 2 permet de simplifier encore la méthode et il ne persiste que quatre types de blocages : deux blocages simples et deux blocages doubles que nous vous présenterons par ailleurs.

De plus ces types de blocages sont retrouvés par des tests fabriqués avec des polaroïds circulaires, ce qui permet de les obtenir plus facilement que les tests de types de blocages que nous utilisions jusqu’à présent dont il était parfois difficile de trouver les composants.

Comme avec les anciens tests, les blocages simples sont des blocages chroniques correspondant à des pathologies le plus souvent connues du patient, mais qui parfois permettent d’en évoquer le diagnostic et d’envisager des examens complémentaires.

Les blocages doubles sont des blocages de pathologies aigues ou évolutives.

Le RC 2 permet de trouver un remède qui régule simultanément tous les transferts. Je parle de remède global pour éviter de confusion avec les termes utilisés. Il faudra encore de nombreux contrôles mais il n’est pas exclu que cela soit l’équivalent du simillimum ou peut-être un remède constitutionnel. Les premiers constats montrent que ce remède peut avoir un effet durable sur les transferts. Est-ce que cet effet est momentané ou de plus longue durée, l’avenir nous le dira.

Mais en plus du remède global, il existe d’autres blocages nécessitant d’autres remèdes que l’on peut faire apparaître avec les tests de types de blocages et pour lesquels on peut trouver des remèdes spécifiques. Soit il s’agit de blocages doubles et en général les remèdes agissent bien et le problème disparaît soit il s’agit de blocages simples et chroniques et le problème persiste et il est difficile de connaître l’effet du remède.

Toutes ces techniques bénéficient de l’expérience passée, mais comme elles sont très récentes, elles doivent être contrôlées et les interprétations peuvent évoluer.


Commentaires

Navigation